Langues:
de gb cn es fr it kr pl pt ru

Particules fines

Des particules minuscules. Un risque élevé pour la santé.

Une menace sanitaire mondiale.

Les particules fines diminuent notre espérance de vie.

Les particules fines représentent une menace sanitaire importante pour les conducteurs et leurs passagers. Chaque année, dans le monde entier, plus de 3,3 millions de décès sont attribués à la pollution de l'air. Rien qu'en Chine, l'air pollué de particules fines est responsable d'environ 1,4 million de décès annuels, contre environ 180 000 pour l'UE. Ainsi, on compte dans bon nombre de pays dix fois plus de décès causés par la pollution que de morts consécutifs à des accidents de la circulation. 

D'après une étude de l'institut Max Planck, ces chiffres pourraient encore doubler si les émissions continuent de grimper. Car on ne dispose d'aucune solution durable pour maîtriser les concentrations élevées en particules fines causées par l'industrie, les transports, l'agriculture, les centrales à charbon, à pétrole et à gaz ainsi que les petits feux domestiques. Ainsi, à Pékin, les particules fines diminuent aujourd'hui l'espérance de vie d'environ 22 mois, contre environ 10 mois à Mexico City, 8,6 mois à Francfort et 6 mois à New York City.

Une pollution
élevée de l’air est mortelle

 

(chaque année)Monde3,3 millionsChine1,4 millionsInde0,65 millionsUE0,18 millions

La pollution de l'air diminue
notre espérance de vie

Mois-22Pékin-10Mexico City-7ParisLos AngelesFrancfort-8Naples-11

Les particules fines dans les voies respiratoires

Les particules fines s'accumulent dans nos poumons. Plus les particules sont petites, plus elles s'insinuent en profondeur. Les particules fines d'une taille inférieure à 2,5 µm (PM 2,5) peuvent s'insinuer jusque dans la zone centrale du poumon et s'y loger définitivement. Des substances nocives, telles que des métaux lourds ou des hydrocarbures aromatiques polycycliques cancérigènes peuvent adhérer à leur surface. Une fois parvenues dans les poumons, les conséquences peuvent être désastreuses, depuis les troubles respiratoires jusqu'aux infarctus du myocarde et aux cancers du poumon, en passant par des symptômes allergiques et de l'asthme.

Les particules
dans les voies respiratoires

 

 

Ordre de grandeur des
particules fines

Illustration des tailles de particule PM1, PM2,5 und PM10

 

micronAir blue: la meilleure protection contre les particules fines

micronAir blue sépare jusqu'à 100 % de toutes les particules fines de l'air et réduit ainsi au minimum les risques pour la santé. Par rapport à d'autres filtres d'habitacle, micronAir blue se distingue par une efficacité de filtration plus importante sur une longue durée d'utilisation. Et ce, grâce à une conception élaborée du matériau filtrant, constitué de fibres synthétiques de différentes tailles, depuis les nanofibres et microfibres pour retenir les particules les plus fines jusqu'aux fibres les plus grossières pour mettre à disposition une capacité d'accumulation suffisante pour les poussières séparées. Ainsi, le filtre d'habitacle protège de manière fiable et durable même dans des conditions extrêmes.

Les causes les
plus fréquentes d'une pollution élevée aux particules fines

Centrales fossilesPetits foyersdomestiquesIndustrieAgriculture (émissions- d'ammoniac)Transports

 

Les causes les plus fréquentes d'une pollution élevée aux particules fines varient d'une région à l'autre. Ainsi, une étude de l'Institut de Chimie Max Planck de Mayence montre que les petits feux domestiques sont responsables d'une grande partie du brouillard de pollution en Chine et en Inde. En Europe, en Russie, en Turquie, au Japon et dans l'est des États-Unis d'Amérique, la principale cause de la mauvaise qualité de l'air est l'émission d'ammoniac causée par l'agriculture. Cependant, les centrales électriques à combustibles fossiles, l'industrie et le trafic routier ont également une grande part de responsabilité. 

Consultez ici les résultats détaillés de l'étude